Radio OpenTx – Télémétrie [Tome 3]

Comme promis,(avec du retard) voici un petit tuto télémétrique sur la Taranis.

La télémétrie est un apport intéressant lorsque vous voulez surveiller différents paramètres pendant le vol. Le niveau des batteries, l’altitude, voire la vitesse. Par contre, pour moi, l’affichage sur l’écran de la radio est sympa, mais pas vraiment utilisable. En effet, il est nécessaire de quitter le modèle des yeux, accommoder ses yeux à la luminosité au sol, se retrouver dans les différentes valeurs de l’écran et interpréter les nombres qu’on voit. Bref, plusieurs secondes peuvent être nécessaires, et franchement, ça me parait amener plus de risques que de sécurité !

En revanche , la Taranis PARLE ! (et même en français!), il est donc bien plus intéressant de coupler la télémétrie à la synthèse vocale. On peut même mélanger plusieurs choses, par exemple l’altitude toutes les 10 secondes et le chrono toutes les minutes, cela reste intelligible. Le tout couplé à un inter lorsqu’on veut un peu de silence.

Sachez tout d’abord que pour que la télémétrie fonctionne , il faut que les différentes versions des firmwares soient compatibles entre eux. Ce n’est pas forcément le cas, si vous avez acheté la radio en Europe et le récepteur ailleurs. En effet, la réglementation européenne a défini des normes différentes pour le protocole de communication entre la radio et son RX, et bien sûr, ce n’est pas compatible avec le reste du monde! Un symptôme en cas d’incompatibilité: vous n’arriverez jamais à binder votre Radio avec le RX.

Aujourd’hui , la meilleure solution est de passer par un récepteur X8R ( 30€ environ sur Hking). Ce récepteur 8 voies intègre la connectique SmartPort, c’est à dire que vous pouvez brancher les capteurs (altimètre, vario, etc…) directement sur le RX, sans avoir besoin de Hub comme avant. Et même sans capteurs, vous aurez au minimum le retour d’info sur la tension de l’alimentation du récepteur. Il gère également le S-Bus.

 

 

Pour faire marcher tout cela:

En premier lieu, il faut flasher la radio en OpenTX 2.1 (voir les articles précédents), en effet , c’est le logiciel le plus efficace concernant la télémétrie.

En second lieu, il faut impérativement mettre à jour les fichier de voix sur la radio, sous peine d’entendre n’importe quoi.(milliampere pour l’altitude…:-). Vous pourrez choisir évidemment des voix en français. Un tutoriel pour les voix est ici

Mais tout cela ne concerne pas le fameux protocole, qu’il va falloir installer au niveau du module interne et du récepteur lui même. Pour que tout fonctionne, il faut en gros que le module interne et le récepteur soient dans des versions compatibles. Un tableau de compatibilité existe ici , mais il est impossible de connaître le firmware installé dans un récepteur que l’on vient d’acheter (à moins de le flasher soi-même).

ATTENTION!

La suite de cette procédure concerne la radio Taranis X9D Plus et un récepteur X8R non-bindable
(je ne sais pas si c’est la même chose sur les autres versions)

Télécharger le firmware XJT_LBT_build151223.frk sur la page officielle Taranis

  • Extraire le fichier .frk du fichier compressé .rar
  • Allumer la radio avec les 2 boutons de trim au centre
  • Brancher le câble usb radio-ordi
  • Un lecteur USB apparaît sur l’ordi
  • Créer un dossier Firmware (dans la carte SD de la radio)
  • Y copier le fichier firmware frk
  • Eteindre et débrancher la radio.
  • Rallumer la radio normalement
  • Sur la radio, aller dans le menu de la SD card, sélectionner le fichier .frk dans le dossier Firmware. Flasher module interne.

Ouf ! C’est OK pour le module. Il n’y a pas d’impacts sur les anciens récepteurs qui utilisent le mode D8. Maintenant il faut flasher le récepteur récalcitrant. Télécharger le firmware suivant X8R_LBT_build151118.frk sur le site FrSky

Fabriquer un câble spécial pour relier le récepteur à la radio et suivre le tutoriel suivant qui est très clair:

Voila. Avec des versions compatibles, vous aller pouvoir binder le recepteur en mode D16. Le mode D16 permet de gérer la télémétrie de façon simple.

 

Exemple avec un capteur d’altitude, aller dans le dernier écran du modèle , et lancer Discover New Sensor.

 

Le capteur apparaît sous le nom VSpd, on peut le sélectionner en tant que source sous la section Vario. les mêmes manipulations peuvent être faites pour l’altimètre.

On définit au même endroit les différentes valeurs qui s’afficheront sur les écrans de télémétrie. Dans Special Function , ajouter un interrupteur qui déclenche le son du vario.

 

Vous pouvez même règler la tonalité du son au niveau des règlages radio.

 

 

 

On peut également déclencher l’annonce de l’altitude sur le même inter trois positions.

En vol on  a donc un inter réservé à la télémétrie, avec Silence/Son Vario/Altitude

 

  • Et maintenant, on va voir comment garder ça pour plus tard , avec la journalisation.

Sur le modèle qui a la télémétrie, on va affecter un interrupteur à la création d’un journal. configurer comme ceci avec l’inter de votre choix. Je prends habituellement l’inter de sécurité du moteur SF. Ainsi lorsque j’enlève le blocage des gaz, je suis sûr de déclencher les journaux.

Une deuxième chose, il faut choisir les éléments de télémétrie que l’on veut garder. Pour cela, ouvrir le capteur que l’on souhaite et cocher la case LOGS. Recommencer pour chaque capteur si besoin. (ici j’ai gardé l’altitude)

La radio va stocker toutes les positions des manches et les valeur de télémétrie dans un fichier excel sur la carte SD dans le dossier LOGS. Le fichier aura le nom du modèle et la date ! Brancher la radio à l’ordi, et lancer Companion. On va donc pouvoir analyser son vol chez soi tranquillement. Dans Companion, on ouvre le menu File/View Log File puis sélectionner le fichier de vol dans la carte SD de la radio . On peut ne sélectionner que les infos qui nous intéressent dans la colonne de gauche sinon c’est assez fouilli. Sur un motoplaneur, ici j’ai laissé l’altitude et le manche de gaz. Je vois que l’altitude en vert est passée de 140 à plus de 210m alors que je n’avais pas le moteur en marche. Ce planeur à donc pris une ascendance de 70m vers 11min 24sec ! Je peux revoir aussi tous les mouvements des manches que j’ai fait durant tout le vol. Extra non? Et utile en cas de crash, on peut mener l’enquête, comme avec une boîte noire.

Voila j’espère que ce tuto vous sera utile, comme il était assez long, je réserve l’écolage et le mode joystick a un billet ultérieur.

 

 

Bons vols à tous

Lire la suite

Assemblée Générale 2017

Lundi 18 Décembre 2017 s’est tenue l’assemblée générale des membres de la section aéromodèlisme du centre Léo Lagrange.

Notre responsable de section, Gérard Veyssière a présenté le bilan des activités de cette année, et rappelé les règles de sécurité du terrain. Sa présentation 2017 est disponible ici

 

Gérard explique les bases de l’aérodynamique….

 

Gérard a aussi proposé d’animer une petite session sur la conception d’un modèle d’avion. Si vous démarrez un projet ce document powerpoint vous sera bien utile ! Vous trouverez aussi sur ce scan PDF tous ce que vous n’avez jamais osé demander sur le réglage d’un avion radio-commandé. Tout est fort bien expliqué sur le calage, l’incidence, le Vé longitudinal etc…Même sur un RTF en mousse, il y a des choses à connaître , pour parfois améliorer son vol.

 

 

…devant un auditoire très attentif !

Je rappelle que les membres du club qui souhaiteraient participer à ce site , en écrivant des articles, ou simplement en partageant des photos en rapport avec le club, peuvent me contacter par mail ou au terrain, pour que je leur explique comment faire. (rien de plus compliqué qu’un envoi de mail).

 

 

 

La soirée s’est terminée par le traditionnel mâchon dans la convivialité !

Bonnes fêtes à toutes et tous.

 

Lire la suite

Radio OpenTx – Programmation [Tome 2]

Bonjour à tous

Je vous propose ici quelques mixages pour OpenTx plus avancés que dans l’article précédent. Comme la dernière fois, on réalisera les réglages à partir du logiciel Companion.

Compenser le manque d’angle piqueur

Sur un modèle motorisé, le souffle de l’hélice qui passe autour de l’aile augmente la portance de celle-ci, et l’avion à tendance à monter tout seul à plein gaz. Pour compenser ce phénomène on règle le moteur le nez vers le bas, on appelle cela l’angle piqueur. Parfois il est impossible de faire ce réglage car le moteur n’est pas réglable en angle. On peut alors utiliser un mixage qui va compenser la couple cabreur avec une action automatique à la profondeur. (bien entendu , ça peut être l’inverse, trop d’angle piqueur, et l’avion a tendance à descendre plein gaz).

Dans OpenTX Companion, ouvrons un modèle qui rencontre ce problème, et ajoutons un mixage comme ceci sur la voie de la profondeur. On met -100 si le manche de profondeur est en +100 pour faire une action à piquer.

Un truc ne va pas, la profondeur n’est pas au centre quand les gaz sont  à zéro. C’est normal, car zéro gaz veut dire -100 sur le manche de gaz. et donc +100 sur la profondeur par rapport au neutre.

La fonction décalage permet de décaler la sortie d’un manche pour qu’elle soit à zéro lorsqu’il est à -100, dans le contexte de notre mixage. On met une valeur de décalage égale à la valeur du ratio dans ce cas. Réduisons le ratio à -10 et le décalage à -10.

Ainsi moteur coupé, on a pas de compensation à la profondeur. En montant les gaz, on voit une légère action à piquer. -10% de ratio est une valeur trop importante, je vous recommande de faire un vol avec -1%, et diminuer de 1 en 1 tant que le phénomène cabreur n’est pas compensé. N’oubliez pas à chaque fois, de modifier le décalage pour qu’il soit égal au ratio de mixage!

Un vol tranche parfait

Si vous faites un peu de voltige, vous avez déja tenté le vol tranche, sans doute avez-vous remarqué que l’avion donne parfois l’impression de rentrer sur le ventre ou au contraire de se cabrer côté cockpit. C’est que la dérive, très utilisée dans le vol tranche, a un effet aérodynamique induit sur la profondeur (cabreur ou piqueur selon le modèle). Un petit mixage peut arranger ça! En vol  horizontal en palier à mi-gaz, l’avion bien à plat, donnez un coup de dérive de n’importe quel côté. Si l’avion monte, il faudra mixer une compensation à piquer, sinon le contraire. Notez bien le sens de la compensation que vous voulez et atterrissez.

On va créer un mixage du manche de direction sur la voie de la profondeur en multiplexage=ajout.

Oui mais la dérive compense la profondeur dans le bon sens seulement d’un côté, c’est normal. On va utiliser une astuce pour appliquer la compensation du manche de dérive sans son signe. Il s’agit en math de la fonction valeur absolue, et c’est prévu dans OpenTx !

Cela veut dire que quand le manche parcourt sa course de -100 à 100, la valeur de sortie sera la position du manche, mais toujours positive.(au signe du ratio près).

Modifiez le mixage du manche de direction en prenant ces paramètres.

C’est le signe du ratio qui déterminera si la compensation est à piquer ou à cabrer. Pour la valeur du ratio, quelques pourcents doivent suffire. Vous constaterez vite que le vol tranche est bien plus facile!

 

Volets-ailerons sur FunCub

Le célèbre FunCub possède 2 ailerons et 2 volets optionnels. Je recommande de les monter , car le vol est bien plus amusant avec les volets. Vous aurez besoin alors de 8 voies si vous utilisez le crochet de largage. 5 servos dans l’aile + 2 servos dans le fuselage + les gaz= 8. Voici le mixage:
d’abord on veut les volets sur un inter à 3 positions. En haut , volets rentrés. Au milieu, volets a 45°, en bas, volets tout sortis à 90° ou presque.

On va faire un mixage unique en prenant comme source l’interrupteur lui-même. OpenTX considère automatiquement que les 3 positions interrupteur sont -100, 0, 100. On pourra affiner ensuite la position intermédiaire. Ca implique qu’il faut monter les servos de volets avec le neutre comme des ailerons. C’est à dire bien perpendiculaire au plan inférieur de l’aile. le neutre du servo correspondra au volet sorti à moitié. Sur la voie d’un volet, créez d’abord ce mixage, en choisissant votre interrupteur 3 positions préféré.

Dupliquez ce mixage sur l’autre volet, mais en mettant un ratio de -100. Vérifiez que les volets vont dans le bons sens, et calez les fins de courses au besoin,  pour ne pas que les servos « grognent ».

Vous avez des volets fonctionnels à ce stade, mais il serait intéressant que les volets servent aussi en ailerons, seulement ils ne fonctionnent que vers le bas. Quand on veut aller à droite, l’aileron gauche se baisse et on voudrait qu’alors le volet gauche se baisse aussi, mais que le volet droit reste tel qu’il est.

On va utiliser les fonctions x<0 et x>0, ce sont des conditions, si le manche a une valeur x<0 , alors la sortie manche et est = à la valeur du manche, sinon c’est toujours 0.(et inversement pour x>0). On ajoute donc nos mixages comme ceci pour les deux voies de volets.

Le manche d’aileron n’agit sur un volet, que quand il est pointé à l’opposée de celui-ci ! Le mouvement du volet ne se fait que vers le bas. Quand les volets sont déployés à fond, l’écretage à 100% fait que le manche d’aileron n’agit pas dessus.
Avec 50% d’aileron en plus , le Funcub peut virevolter bien plus sauvagement !

Mais un nouveau problème va apparaître, le déploiement des volets induit un phénomène cabreur à l’avion, il faut ajouter un mixage à la voie profondeur, pour que le funcub continue en palier en configuration tout sorti. Cela arrive avec deux niveaux d’intensité: quand les volets sont a moitié sortis, et quand ils sont à fond. On va ajouter deux mixages. La source configurée sur MAX signifie que c’est la valeur fixe du ratio qui sera appliquée si la condition est vraie, sinon 0. Si l’interrupteur est sur la position centrale (SA-), alors c’est +10 qui sera ajouté à piquer à la voie profondeur. Sur le deuxième mixage, on associe une valeur plus importante +25 pour la position volet à fond. Ces deux mixages ne s’ajoutent pas entre eux , ils sont mutuellement exclusif car l’inter est soit au milieu soit en bas. Quand il est en haut, aucune condition n’est vraie, rien n’est appliqué en plus sur la voie. Adaptez en vol la valeur des deux ratios en testant les volets.

J’espère que ces quelques idées de réglages vous permettrons d’optimiser le vol de votre Funcub pour la prochaine coupe !

 

Séquenceur programmé

OpenTX permet de gérer le mouvement des trappes de trains avec quelques astuces, et de se passer d’un séquenceur programmé ! Vous aurez besoin de 2 voies pour faire cela. Une pour le servo de trappe, l’autre pour le train.

Séquence ouverture: la trappe s’ouvre, le train sort, la trappe se referme

Séquence fermeture: la trappe s’ouvre, le train rentre, la trappe se referme.

…Et le tout déclenché sur un seul interrupteur…possible? Oui !

D’abord le train: mixage inter sur une voie, mais avec une tempo, afin de laisser le temps à la trappe de s’ouvrir. On ne peut pas le faire par une fonction spéciale, mais un mixage classique, sur un inter. La tempo peut être différente à la rentrée et à la sortie. Probablement qu’il faudra attendre plus longtemps quand le train s’ouvre (la trappe est alors plus près du train). Prenez un inter deux positions, c’est plus commode. Le délai indiqué est approximativement en seconde.

Ensuite la trappe: finalement on veut que quelque soit la position de l’inter, la trappe soit fermée à la fin du mouvement. On veut juste qu’elle s’ouvre assez longtemps pour laisser le train manoeuvrer quand on touche à l’inter. Réglez tout d’abord les fins de course du servo de trappe sur le modèle, pour ne pas qu’il force dans les 2 positions.

On va utiliser une courbe en plateau , et on va ralentir le parcours de cette courbe pour laisser le temps à la roue de sortir et rentrer. Dans l’onglet courbe, créer un type de courbe à 9 points et déplacez avec la souris les points comme ceci, puis faites OK.

On voit qu’à chaque extrémité de la courbe, le servo de trappe est dans la même position (fermée), partout ailleurs, le servo est ouvert. Sur la voie du servo de trappe, entrez ce mixage. La source est le même inter que celui du train (et donc -100 ou 100). Le ralenti est approximativement le temps en seconde pour aller d’un côté à l’autre de la courbe.

Lancez la simulation, et règlez les délais et ralentis pour que la voie de la trappe « laisse passer » la voie du train. Pour faire les tests en réel, je vous recommande de placer les 2 éléments éloignés pour ne pas tout coincer! 🙂 Voila! vous avez fait l’économie d’un séquenceur.

Finalement, imaginons que ce train soit la roue avant, et qu’un servo dédié existe pour faire tourner cette roue en direction. Quand le train est rentré, on ne veut pas que la roue tourne avec le manche de dérive. Mais au sol on veut pouvoir taxier. Il suffit de mettre l’interrupteur du train sur le mixage de ce servo. Il va servir de condition de fonctionnement. Quand le train est rentré, la roue ne bougera plus avec le manche de dérive.

 

Et voila, en espérant que ces quelques exemples vous soient utiles.

Dans le prochain article , je vous montrerai les fonctions d’écolage, une Taranis en mode joystick, et un peu de télémétrie…

Lire la suite

Radio OpenTx – Programmation [Tome 1]

Bonjour à tous

Dans cet article je vous présente quelques exemples simples de programmation pour une radio sous OpenTX. (Valable pour Turnigy 9X flashé, Taranis X9d , Horus,  etc…)

Les débuts sur OpenTX sont un peu déroutants. En effet, il n’existe quasiment rien de prédéfini, vous êtes complètement libre d’attribuer chaque voie où bon vous semble, à la différence des Futaba, Graupner, Spektrum et autres… Cependant lorsque vous créez un nouveau modèle , la radio vous posera quelques questions sur ce que vous voulez faire. (aile delta, planeur, hélico, etc).

Il faut comprendre que programmer un modèle consiste à associer des entrées (les manches, les potards) avec des sorties (les voies du récepteur). MAIS la difficulté c’est que plusieurs entrées peuvent simultanément pointer vers plusieurs sorties, et réciproquement, et tout cela se combine ensemble!

Plutôt que d’utiliser la radio pour définir tous les réglages, je vous recommande de passer plutôt par le logiciel OpenTX Companion 2.1 . En effet , il présente les mêmes menus que la radio, mais vous bénéficiez de la souris de votre ordinateur pour l’ergonomie. De plus vous pourrez tester visuellement un mixage avant de l’envoyer dans la radio, grâce au simulateur de radio incorporé dans OpenTx Companion.

Lancer OpenTX companion et allez dans réglages/préférences réglez le mode réel de votre radio (Mode1 dans la majorité des cas) et l’ordre des voies par défaut. L’ordre indiqué est assez standard (APGD = voie3 = gaz) , mais ce n’est pas une obligation. Et il peut être changé au moment du mixage.

 

Faire fichier/nouveau et double cliquer sur la ligne 1, et faite annuler. Vous venez de créer un modèle par défaut.

 

Companion permet de programmer entièrement le modèle et de l’envoyer ensuite dans votre radio, nous allons utiliser cette méthode. Double-cliquez sur MODEL01. Vous découvrez une fenêtre qui est identique en terme de réglages aux différents écrans dans la radio. Passez sur l’onglet mixage et Effacer tous les mixages.

On va tenter de créer un mixage aile delta : il est intéressant de démarrer par ce type d’avion qui ne possède que deux élevons (en général), et nécessite un mixage simple. Dans l’onglet configuration, changer le nom du modèle par DELTA1. On commence par créer le contrôle des ailerons. Sur Voie01 faites clic-droit ajouter, vérifiez que la source est [E1] Ail et faites OK.

Répétez l’opération sur la Voie02 pour obtenir cela:

Cliquez sur Simulation et faites bouger le manche aileron. Vous allez constater que les 2 voies bougent dans le même sens, ce qui est normal. En effet sur une aile , les servos qui sont installés en miroir selon le plan de symétrie vertical, bougent en réalité dans le même sens. Dans votre modèle les ailerons iraient donc bien en opposition, c’est ce qu’on veut pour les ailerons.

 

On va ajouter maintenant le mouvement lié à la profondeur. On rajoute un mixage sur la Voie01, source [E2]prof. multiplexage=ajout.

La radio va combiner la position des deux manches ail-prof en les ajoutant, pour sortir sur la Voie01. Sur la Voie02 on ajoute le même mixage mais en prenant -100%. Vous obtenez cela:

Lancez Simulation et constatez que les mouvements des Voies01-02 sont a l’unisson sur le manche aileron, et à l’opposée sur le manche profondeur. C’est ce qu’on voulait. Il y a un phénomène qui nuit à la précision des manches: les mixages s’ajoutent, c’est à dire qu’avec 100% sur chaque manche, si on envoie simultanément aileron et profondeur à fond , on va avoir 200% sur le servo relié à cette voie. Mais cependant les servos n’explosent pas, pourquoi? Car un écrètage à 100% est fait, en réalité on ne peut jamais dépasser 100% en sortie évidemment. Ce qui fait qu’au final on perd la moitié de la course des manches. C’est dommage et préjudiciable à la précision.

Pour contrer ce phénomène, on va diminuer la contribution (ratio) de chaque manche au mixage à 50% comme ceci.

En simulation , vous constaterez que la course maximum d’une voie est alors atteinte uniquement par la contribution des 2 manches à fond. C’est mieux pour la précision de pilotage.

Passons a l’exponentiel qui est un lissage de la réponse du manche autour du point neutre, elle permet de faciliter les petites corrections , en gardant intacte la course maxi du manche. 30% d’expo est une valeur courante. Ca se trouve sur l’onglet Entrées ici. Vous pouvez mettre plus de 30% aux ailerons, en général un delta est plus sensible en roulis.

Voila! Vous avez créé à partir de rien un mixage aile delta sur OpenTX. Nous allons l’améliorer. Imaginons qu’il y a un moteur, et que l’on veut un inter de sécurité qui bloque le moteur. Je me sers pour cela de l’inter 2 positions SF (sur une taranis ci-dessous).

Quand on allume la radio , une alarme indique que les inters doivent être en position off, on va associer à cette position une valeur de gaz nulle imposée pour plus de sécurité. Tout d’abord on va rajouter un mixage [E3] gaz vers la Voie03 (commande de gaz). Puis passons dans l’onglet fonctions spéciales. Le rôle de cet écran est de règler le déclenchement d’actions sur des interrupteurs. (utile pour un train rentrant par exemple). On impose ici une valeurs de -100 sur la voie des gaz en cas d’interrupteur SF en position sécurité. Oui -100 !! et non pas 0 , qui serait mi-gaz, attention!

Lancez la simulation et vous voyez que la voie des gaz ne monte QUE si l’inter SF est en bas , ET le manche de gaz >0.

Vous voulez connaître le temps de vol? On va associer le démarrage d’un chrono au même interrupteur. C’est dans le premier panneau Configuration. La différence c’est que le chrono démarre dans la position inverse de la mise en sécurité du moteur (flêche vers le bas + SF)

Ainsi avec un seul interrupteur, on désactive la sécurité du moteur ET on lance un chrono. Voila un aperçu de la flexibilité d’OpenTX ! Maintenant il est temps de sauvegarder.(Fichier/Enregistrer)

Branchez votre radio éteinte au port USB de l’ordinateur, et cliquez sur lire les réglages et modèles depuis la radio, un nouveau document va s’ouvrir contenant les modèles déjà présents dans votre radio.

Glissez le modèle DELTA1 à un emplacement libre de la nouvelle fenêtre documentX.eepe et cliquez sur Transférez les règlages.


Votre nouveau modèle est maintenant dans la radio. Il est temps de tester les mixages sur l’avion réel.  Selon les modèles de servos , ils ne vont pas toujours dans la même direction en fonction du signal, aussi il faudra peut être corriger le sens de déplacement. Pour cela, vous pouvez utiliser l’écran sortie (OUTPUTS) sur la radio (ici Taranis). Inverser la flêche avec le bouton ENT pour inverser le sens de la voie.

Deuxième problème, la course des servos peut être telle qu’ils rentrent en collision avec le modèle, ou bien une charnière force, ou ça grogne, etc…Il peut être nécessaire de limiter leur déplacement. Dans ce même écran , vous allez jouer sur les valeurs MIN et MAX. Ce sont des limites absolues au dela desquelles la radio ne pourra jamais aller quelque soit la position des manches ou les mixages. Toutefois si vous devez limiter à 50% le déplacement d’un servo, c’est que sans doute il faut changer de trou sur le palonnier, ou le guignol. Privilégiez tout d’abord un bon réglage mécanique, la radio est la pour affiner. En effet, les servos devraient toujours travailler sur la plus grande plage de leur course possible.

Troisième chose, vous pouvez régler précisément le neutre de chaque servo avec ce menu également. (on appelle parfois ça les subtrims). Deux possibilités: soit vous modifiez le zéro de gauche, soit vous jouez sur le timing du signal PPM par défaut à 1500ms. (je ne rentre pas dans les détails). Modifiez un seul de ces 2 paramètres à la fois.

Attention à bien utiliser la version de Companion qui correspond au firmware de votre radio! La dernière version 2.1 présentée ici, est prévue pour les dernières versions de FW. Si la lecture des modèles ne se fait pas, prenez une version 1.x ici

Voila, dans le prochain article, je vous proposerai des mixages plus avancés: compensation gaz-profondeur, dérive-profondeur, des volets-ailerons, des trappes de train rentrants séquencées…

Bons vols à tous.

Lire la suite

Radio Open TX – Flash

Bonjour,

Je voudrais vous montrer quelques possibilités qu’offrent les dernières radios à base de puces programmables…J’ai essayé de rassembler des réponses simples aux questions qu’on m’a souvent posées autour du terrain.

En 2009 est sorti la radio FlySky 9X (plus connue sous le badge Turnigy 9x), vendue à un prix défiant toute concurrence, ce transmetteur a rencontré un grand succès auprès des modèlistes.(elle est à ce jour toujours en vente).

 

L’électronique est bâtie autour d’une puce programmable standardisée (Atmel ATmega64) , que l’on retrouve dans bien d’autres appareils, et qui est bien connue des développeurs informatiques. A la différence de l’électronique câblé de jadis, toutes les fonctions de la radio (l’interface, le traitement du signal, la gestion des manches, des trims etc…) sont réalisées par un logiciel , et non pas par des composants électroniques spécialisés. On peut dire qu’en réalité, vous avez dans les mains un micro ordinateur. L’immense intérêt de ce système est qu’il est modifiable , c’est à dire que rien n’empêche à priori d’écrire un autre logiciel dans la mémoire pour transformer votre radio, à la manière du système qu’on installe dans un ordinateur. On appelle cela « flasher » le logiciel, qui est un « firmware ».

 

Une équipe de bénévoles s’est lancée à écrire un nouveau programme pour cette radio, offrant bien plus de possibilités en terme de mixage que celui d’origine. Ainsi est né OpenTx, un firmware de remplacement pour la radio Turnigy 9X. (il y a d’autres projets très similaires Er9x par exemple )

Au fil des années, ce firmware est devenu tellement populaire que les fabricants ont incorporé de base une prise USB permettant de flasher sans soudure la radio. Le firmware est mis à jour très régulièrement , et supporte maintenant également toute la gamme FrSky.

Donc récapitulons, si vous avez une Turnigy 9X, il faudra sortir le fer à souder, afin de raccorder la puce Atmega sur un ordinateur pour la flasher. Si vous avez une Turnigy 9XR ou une Taranis X9D (ou plus récent),  plus besoin de souder mais vous aurez besoin d’un ordinateur au minimum.

 

Voici une photo des soudures à réaliser sur la 9X (il y en a 6), vous pouvez utiliser de la nappe d’anciens disques dur. C’est délicat à dénuder mais ça marche. Il y a d’innombrables sites web qui expliquent la marche à suivre détaillée. J’avais trouvé celui ci particulièrement clair.

Cette nappe devra être raccordé à une prise mâle H-10 à 6 connecteurs, vous pourrez en récupérer sur des vieilles cartes mères d’ordinateur HS. Sinon le plus simple est de récupérer de la nappe pour port COM (vielles cartes mère) et de la couper en deux, elle a déjà une prise d’un côté et il y aura moitié moins de soudure à faire. Le plus compliqué est de ne pas s’inverser dans le câblage, je recommande de tester chaque fil avec un Ohmètre à la fin. Pour les soudures, oui c’est pas grand et il faut prendre de bons appuis pour ne pas trembler ! 🙂

Tant que votre radio est démontée, profitez-en pour souder une prise JST femelle en parallèle de l’entrée d’alimentation. Pourquoi? En fait la 9X fonctionne très bien avec une Lipo 2S , en remplaçant les piles par une  Lipo 2S 1000 mAh, vous gagnerez en sécurité, en autonomie et en légèreté.

Pour la 9X, vous aurez besoin aussi d’un petit accessoire qui permet de relier l’USB de l’ordinateur à votre prise de programmation soudée. Je possède ce modèle qui marche bien et je peux le prêter aux membres du club qui le souhaitent. Sur la photo vous apercevez la nappe que vous devrez trouver, couper en deux , et souder sur la platine de la radio. (sinon une nappe de disque dur + 1 prise mâle du même genre ). Dispo pour une poignée d’€uros sur www.myavr.de


Flasher consiste à transférer un fichier executable (le firmware) depuis un ordinateur vers votre transmetteur. C’est donc une copie. On peut également le faire dans l’autre sens (depuis le transmetteur vers l’ordinateur) par exemple si on veut sauvegarder le programme d’origine qui était dans la radio, ou bien les réglages de ses modèles, mais on parlera des modèles plus tard. L’opération est réversible dans le sens ou si un nouveau firmware ne vous plait pas, vous pouvez toujours l’écraser avec la version précédente, pourvu que vous soyez en possession du fichier dans votre ordinateur. Plusieurs logiciels de flashage existent, OpenTx Companion est assez complet. Vous verrez ensuite qu’avec une Taranis en version OpenTX récente, c’est aussi simple que de copier sur une clé USB…

Voici la procédure pour la Tgy 9X, (partant du principe que le câble de flashage est correctement soudé).

Installer OpenTX Companion

Installer le pilote du dongle USB dans votre ordinateur, c’est dispo ici

Redémarrer l’ordinateur

Brancher le dongle USB sur un port de l’ordinateur, vous verrez apparaître ça

Et si vous allez faire un tour dans le gestionnaire de périphérique, vous verrez ceci. Cela signifie que le pilote est bien installé. Noter le numéro du port COM, il peut varier.

Enlever la batterie de la radio et aussi le module 2.4 Ghz à l’arrière.

Brancher la radio sur le dongle USB.

Lancer OpenTX Companion et aller dans le menu Settings / Configure Communications

Rentrer ces paramètres, en adaptant au numéro de port COM que vous avez

Allez dans Read/Write puis Read Firmware from Radio, donnez un nom au fichier, par exemple Firmware_origine_Turnigy.bin puis enregistrez. Si la communication passe , vous allez voir ceci

Voila! Vous venez de sauvegarder le firmware d’origine. Gardez le en sécurité si vous souhaitez y revenir un jour. Allez dans Settings/Settings et remplissez le menu comme ceci (c’est la que vous choisissez la langue de la radio entre autres)

Allez dans File / Download , les options choisies sont répercutées dans le nom du fichier (la langue par exemple). Si vous souhaitez utiliser la radio pour un hélico , cochez en plus heli.

Faites Download FW et enregistrez le fichier à l’endroit de votre choix.

Le message suivant propose de flasher la radio (Si vous avez coché la case Offer to write précédemment)

Répondez oui, et voila! Votre radio est désormais équipée d’un logiciel bien plus riche que celui d’origine !

Dans le cas ou vous souhaitez revenir au firmware d’origine, allez dans Read/Write et faite Write Firmware.

Faite Load et choisissez la sauvegarde que vous avez gardé, puis Write to Tx.

Pour les possesseurs de radios plus récentes équipées d’un port USB, c’est exactement les même manipulation, avec un simple câble USB, plus besoin du dongle, plus besoin du driver.

Ceci clôture ce premier tutoriel pour OpenTX. Le prochain article traitera de l’utilisation de Companion pour sauver ses modèles, du simulateur intégré, et des possibilités infinies de mixage….

A bientôt

Lire la suite